Publié le 18 octobre 2021
Grégoire Furrer
Crédit photo : ©Bertrand Coçu

Grégoire Furrer

Montreux Comedy, le boss de l’humour

Humour, One Man Show, One Woman Show, Festival

En 1989, Grégoire Furrer créait le Montreux Comedy Festival à l’âge de… 21 ans ! Devenu ZE référence en matière d’humour, l’événement international fait son come-back du 1er au 7 décembre 2021. Plus qu’un show, une marque. 

L’édition 2021 du Montreux Comedy Festival aura-t-elle une saveur particulière ?

Nous allons redécouvrir une saveur qui nous a manqués : la magie du festival, de la rencontre entre le public et les artistes. On ne va pas réinventer ni faire quelque chose de particulier, le simple fait de pouvoir se réunir à nouveau dans une salle, c’est la grande fête de famille qui reprend ses droits. La billetterie marche très bien, le public ne nous a pas oubliés, il se réjouit de revenir. Beaucoup d’artistes ont répondu présent alors qu’ils sont très sollicités avec la reprise des tournées. Mais tous ont mis la date de Montreux à leur agenda. 

Quelle est la patte du Montreux Comedy Festival ?

Montreux Comedy, ce sont les nouveaux patrons de l’humour francophone. Cette patte est connue, acceptée et appréciée de tout l’écosystème artistique. Il y a un avant et un après festival. Un artiste fait Montreux quand il arrive à un certain niveau de sa carrière et ce tremplin le place dans la cour des grands.  

Comment détectez-vous les pépites de l’humour ? 

Nous sommes partout sur le terrain : France, Afrique, Québec, Suisse, Belgique… Nous allons voir tout ce qui se fait. On écoute aussi notre instinct. Il y a un phénomène qu’on ne peut pas ignorer aujourd’hui, c’est que les choses vont très vite. Il y a quelques années, on pouvait avoir la tentation de dire à un artiste, « tu n’es pas tout à fait prêt, on va encore te suivre pendant un an ou deux ». Ce temps-là est fini. Les carrières peuvent se faire très rapidement et un artiste éclore en quelques mois. Il faut être plus attentif, rester modeste et humble, reconnaitre qu’on ne sait pas tout. Veiller aux tendances, aux nouveaux médias. On a connu l’époque du passage télé obligé et, au bout de cinq ou six ans, l’humoriste finissait par exploser. Avec YouTube, il fallait un à deux ans et aujourd’hui, avec TikTok, on parle en semaines. Le métier se renouvelle en permanence, il se rajeunit. Sur les 73 collaborateurs que compte mon équipe dans le monde, la moyenne d’âge est de moins de trente ans. Ça permet de rester dans le coup. 

Comment se positionne Montreux Comedy sur le digital ?

Avec 3,5 millions d’abonnés, nous sommes la première marque digitale d’humour francophone. Le parcours de vie d’un sketch de Montreux part de la scène pour aller sur tous les réseaux : sur YouTube en version complète, découpé en deux ou trois séquences sur Facebook, en version courte sur Instagram, Snapchat ou TikTok, pour finir en podcast sur toutes les plateformes possibles : Spotify et Apple Music drainent le plus d’écoute mais nous sommes aussi sur Deezer, Audible… 600 000 écoutes par semaine, plus de 2,5 millions par mois, ça donne la dimension de Montreux Comedy. 

 

« c’est la grande fête de famille qui reprend ses droits »

Que vous apporte le nouveau partenariat avec Canal+?

Avec Canal+, nous avons décidé de nous concentrer sur un grand évènement du festival alors qu’auparavant, toutes les soirées étaient diffusées. La Télévision Suisse Romande aura quelques soirées exclusives et Canal+ diffusera une seule et grande soirée. Puisque nous sommes largement présents sur les réseaux sociaux, le but est d’événementialiser notre présence à la télévision avec un groupe comme Canal +, expert en la matière. Pour créer l’évènement, on crée la rareté. 

On n’y pense pas forcément mais le rire est aussi une économie…  

J’ai toujours perçu l’humour comme une industrie, au même titre que la musique. Les humoristes permettent à un écosystème parallèle de vivre. Que ce soit les tourneurs, les managers, les salles de spectacles, les cafés-théâtres, les médias, les festivals… L’humour est devenu un art majeur mais il est tellement neuf, que chacun fait encore les choses dans son coin. Il manque de structure, d’une vision d’ensemble. La musique a des majors et de nombreuses institutions pour l’encadrer. À Montreux, nous allons lancer les états généraux de l’humour suisse en décembre. Cette initiative vise à réunir des gens qui travaillent dans le rire et à mener une réflexion commune. L’expérience sera amenée à se renouveler et pourquoi pas, à essaimer dans le monde.    

Des projets de développement à l’international ?

Énormément. En Afrique bien sûr, où nous sommes déjà bien ancrés. Un très gros festival en Côte d’Ivoire est en cours de préparation pour 2022. Nous avons aussi repris la production d’un festival au Cameroun. Nous avons également des projets au Québec et en France, qui reste le plus gros marché en termes d’humour francophone, réunissant près de 70% de nos 3,5 millions d’abonnés. Nous ne sommes pas encore présents physiquement mais nous allons y remédier l’année prochaine. 

Quel est votre rêve secret ? 

Que l’humour international devienne une réalité. Mon rêve est que nous puissions aller voir des humoristes partout dans le monde, quelle que soit la langue, grâce à un système de traduction simultanée qui fonctionne techniquement et surtout, artistiquement. Il faut que cela reste une excellence artistique et pour cela, qu’elle soit riche, bonne et inspirante pour nous, spectateurs. Voilà mon rêve : que nous ayons un jour une plateforme mondiale d’humour. Que chaque personne sur cette planète puisse exprimer son point de vue avec humour, dans sa langue, et qu’elle puisse être compréhensible de l’ensemble de l’humanité. 

Propos recueillis par Nathalie Truche 

Informations supplémentaires : http://montreuxcomedy.com

Les évènements associés

Les articles associés

Vous voulez des cookies ?

Ce site utilise des cookies pour garantir la meilleure expérience de navigation.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales

Paramétrage de mes cookies

Au-delà des cookies de fonctionnement qui permettent de garantir les fonctionnalités importantes du site, vous pouvez activer ou désactiver la catégorie de cookies suivante. Ces réglages ne seront valables que sur le navigateur que vous utilisez actuellement.
1. Statistiques
Ces cookies permettent d'établir des statistiques de fréquentation de notre site. Les désactiver nous empêche de suivre et d'améliorer la qualité de nos services.
2. Personnalisation
Ces cookies permettent d'analyser votre navigation sur le site pour personnaliser nos offres et services sur notre site ou via des messages que nous vous envoyons.